Der Postillon, le site satirique allemand qui fait réfléchir

Der Postillon, la satire pour

La satire est souvent oubliée dans le champ journalistique. Pourtant, informer par l’humour et la dérision apporte un recul et un sens critique de l’actualité. Sur le web, le site Der Postillon offre l’opportunité de voir l’information sous un angle différent et révèle beaucoup de choses sur le paysage médiatique allemand.

Grand frère allemand du GorafiDer Postillon ne propose ni canular ni démarche militante. Sa mission : diffuser de fausses informations pour amuser mais surtout faire réfléchir sur l’actualité. Ce lundi 10 mars, on pouvait par exemple y lire : « Tchétchènes, Ingouches et Daguestanais désormais prêts à voter pour leur nationalité ». Humour noir qui permet de se rappeler que la crise en Crimée n’est pas une première (à découvrir ici).

Influencé par le journal satirique américain The Onion, le site propose donc des dépêches d’une ligne (newsticker), des articles classés par thème mais aussi des émissions vidéo sous le nom « Postillon 24« . Ce concept sera d’ailleurs exporté sur la chaîne NDR à partir du 25 avril 2014, avec 15 minutes d’informations non-vérifiées chaque vendredi.

Stefan Sichermann, l'homme derrière Der Postillon

Non affilié avec LePostillon.fr, le site satirique allemand impressionne par son succès. Cependant, derrière lui ne se cache qu’un homme : Stefan Sichermann.

Depuis le lancement du site en 2008, l’Allemand est en effet seul à la rédaction, à la communication, mais aussi à la publicité (le financement du site repose à 90% sur des ressources publicitaires). Pour ce travail, le jeune homme a remporté l’an dernier le prestigieux Grimme Online Award, dans la catégorie « Information ».

La satire comme test de la crédulité des lecteurs allemands

Internet a révolutionné les habitudes de consommation de l’information. En apportant de moins en moins d’importance à la vérification des sources, les citoyens s’écartent de la vérité. D’autant plus que les médias en ligne usent de sujets sensationnalistes pour obtenir de précieux clics… Der Postillon questionne donc sur le recul critique des allemands.

Toutes ces fausses nouvelles étant très diffusées sur les réseaux sociaux, il n’est pas rare que les lecteurs se laissent avoir. « Plus le mensonge est gros, plus il passe » disait Joseph Goebbels. Cette triste citation n’a pas pris une ride, à voir les réactions des utilisateurs à certains bulletins.

Des bulletins qui ont d’ailleurs déjà été repris sérieusement par de vrais journalistes, comme par le média « Viva Deutschland« . Quand on voit ce florilège de brèves, difficile de comprendre comment cela est possible.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le LOL journalisme comme rempart aux médias traditionnels

Au delà d’amuser et de tester la crédulité des lecteurs, Der Postillon traduit aussi la volonté de dédramatiser l’actualité. Le traitement actuel de l’information montre ses limites, que ce soit dans le bombardement de flash news jusque dans le politiquement correct. Le site utilise donc le rire comme un exutoire face à la sur-information.

Cependant, ce phénomène pose irrémédiablement la question de la frontière entre l’humour et l’information. À l’heure où la satire s’invite partout sous l’étiquette infotainment, cette impertinence mélange les genres. Pour le bon comme pour le pire, puisque la désinformation peut vite faire des dégâts dans les pensées. L’Allemagne s’en souvient.

Antoine CAUTY

Advertisements
À propos

Journaliste.

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Journalisme web, Nouvelles pratiques journalistiques

Réagissez à cet article !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives
%d blogueurs aiment cette page :